« Il faut être à deux pour dire la vérité, l’un pour l’exprimer et l’autre pour l’entendre.” Henry David Thorea

Bien que de nombreuses personnes n’y aient jamais pensé, cette déclaration par Thorea est largement reconnue et acceptée parmi la communauté universitaire, surtout parmi les spécialistes des sciences humaines.

Selon le compositeur et théoricien français Pierre Schaeffer « entendre » n’est que le fait de percevoir un son passivement, parfois même sans en prendre conscience. Cela arrive souvent puisque nous ne pouvons pas fermer les oreilles comme nous fermons les yeux, donc, quand nous sommes réveillés, nous sommes plus ou moins continuellement assaillis par des sons différents.

L’écoute est l’action de diriger notre attention vers le son. C’est une union de l’ouïe et de la perception.
Ecouter, à l’opposé de simplement entendre, est toujours un procédé actif qui demande l’utilisation de l’intelligence, autrement dit, notre capacité de reconnaître les signes et d’interpréter la réalité.

Entendre, c’est un concept sensoriel, dans le sens où c’est une action superficielle, un acte qui n’est pas, en lui même, assimilé en tant que connaissance. Ecouter, en revanche, exige de prêter attention, de sentir, de comprendre. L’écoute engendre la transformation mais seulement quand vous écoutez vraiment ce que vous entendez.

Les termes « écouter » et « entendre » sont souvent utilisés comme synonymes. Parfois, on dit que qu’ on a entendu quelqu’un parler alors qu’on veut dire que nous l’avons, en fait, écouté. 

« Une audience » dans le sens judiciaire, parlementaire et juridique, est associée aux enquêtes, aux audits, ou aux procédures dans lesquelles on entend quelqu’un avec l’objectif implicite de comprendre une situation … bien que ce ne soit pas toujours le cas !

Dans certains pays, comme au Portugal, mon pays d’origine, pour des raisons historiques et politiques, le verbe « écouter » est encore associée à la « mise en écoute électronique » menée par la police politique de l’ancienne dictature. Ce n’est pas le sens, bien sûr, que la plupart des gens lui donnent au jour le jour. Quand on parle « d’écouter quelqu’un », contrairement à (simplement) « l’entendre », cela implique le but d’honorer la dignité de l ‘ « autre personne », de la reconnaître en tant que personne … et de lui faire preuve de respect.

Comme l’a très bien dit l’expert en leadership John Maxell, “Dans votre vie de tous les jours, souvenez vous que vous n’apprendrez rien, quand vous parlez. Écoutez aux autres, restez humble et vous apprendrez chaque jour des choses qui vous aideront à développer vos talents. ”

De la même veine, il a écrit : « Il faut être à deux pour dire la vérité, l’un pour l’exprimer et l’autre pour l’entendre.” –

Cet article est publié ici avec l’ amiable authorisation de l’auteur, David Santiago. Une version légèrement altérée a été publiée sur sa page LinkedIn en Juillet 2016. La traduction simultanée de cet article que nous publions en français aujourd’hui a été très gentiment effectuée par Antonia Jenkins, nouveau membre de l’équipe de l’ASM,  coach de conflit expérimenté au niveau international, formatrice ainsi que médiatrice civile, de communauté et du lieu de travail.